Un nouvel accord entre l’Allemagne et la Tunisie

Un nouvel accord entre l’Allemagne et la Tunisie

La chancelière allemande Angela Merkel a annoncé un nouvel accord avec la Tunisie afin d’intensifier sa lutte contre l’immigration illégale lors d’une visite vendredi, suite aux tensions sur le cas du suspect tunisien lors de l’attaque terroriste du marché de Berlin.

Angela Merkel, lors de sa visite officielle qui a également inclus une escale en Égypte, a déclaré que l’Allemagne et la Tunisie avaient convenu d’accélérer les rapatriements de demandeurs d’asile déboutés et de formation professionnelle pour les Tunisiens.

La chancelière allemande, qui fait face à des élections en septembre, est sous pression pour réduire le nombre de demandeurs d’asile venant dans son pays, qui a accueilli plus d’un million de migrants depuis 2015.

Angela Merkel, qui a également pris la parole devant le l’Assemblée des représentants du peuple, a encouragé les États nord-africains à renforcer leurs contrôles aux frontières et à accélérer les procédures de rapatriement des migrants dont les demandes d’asile sont rejetées. Elle a déclaré que les deux pays avaient convenu que les questions posées par l’Allemagne sur l’identité des demandeurs d’asile tunisiens recevraient une réponse dans les 30 jours.

La chancelière allemande prenant la parole à Tunis, a annoncé l’octroi d’une aide au développement d’un montant de 250 millions d’euros. Les fonds octroyés sont destinés au développement rural, aux petites et moyennes entreprises, mais surtout aux jeunes qui ont particulièrement besoin de formation professionnelle et de possibilités d’emploi. Elle a ensuite déclaré à l’ARP que la tunisie est « une lueur d’espoir » pour l’Europe, louant à la fois les manifestations en faveur de la démocratie et la gestion ultérieure par le pays du chemin rocailleux vers la démocratie.

2 commentaires dans “Un nouvel accord entre l’Allemagne et la Tunisie”
avatar

Pourquoi donner autant d’argent à la Tunisie?

Répondre
avatar

Bonjour, le continent africain a toujours été convoité par les grandes puissances européennes, qui voient en l’Afrique plusieurs opportunités.

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × deux =